Skip to content

Carnet inédit de Van Gogh : vérité par-delà le brouillard d’Arles

134193_couverture_hres_0
Peintre maudit, succès posthume, vente record chez Sotheby’s en 2015 (66 millions de $ pour l’Allée des Alyscamps), et aujourd’hui, sujet de polémique…
Bien malgré lui, après sa mort, Vincent Van Gogh aura déclenché les réactions les plus excessives. Et ce n’est pas fini. La publication chez Seuil, le 17 novembre, d’un carnet de 65 dessins attribués au maître néerlandais, fait couler beaucoup d’encre. C’est peu de dire que l’enthousiasme des inconditionnels du peintre post-impressionniste est aussi grand que l’hostilité opposée par le musée Van Gogh d’Amsterdam. Son conservateur en chef, Louis Van Tilborgh, conteste l’authenticité des dessins. Dans un entretien accordé au Figaro, il est catégorique: “Nous avons utilisé le mot “imitations” dans notre déclaration. Quelqu’un a fait de son mieux pour montrer que ces dessins pourraient être de Van Gogh: il a imité le style, l’iconographie. Mais en imitant, des erreurs sont apparues.

De son côté, la maison d’édition du Seuil n’est pas fermée à la confrontation des points de vue. Elle a proposé au musée d’Amsterdam de participer à un débat public entre experts.
Historienne de l’art, experte reconnue de l’oeuvre de Van Gogh, la spécialiste canadienne Bogomila Welch-Ovcharov a mené une étude minutieuse avant de signer cet ouvrage reproduisant les dessins. Elle s’est entourée de spécialistes du sujet dont l’historien qui fait autorité dans le domaine, lui qui a planché durant 60 ans sur l’oeuvre de l’artiste à l’oreille déchirée Ronald Pickvance, dithyrambique: “Voici la découverte la plus révolutionnaire de toute l’histoire de l’œuvre de Van Gogh. Non pas un dessin, ni dix, ni même cinquante, mais soixante-cinq !
D’un livre de comptes, autrement nommé “brouillard”, offert par les époux Ginoux, propriétaires du Café de la Gare à Arles, Vincent Van Gogh aurait fait un carnet de dessins qu’il a emporté avec lui pendant deux années cruciales. Notamment dans ses pérégrinations en Provence, entre février 1888 et mai 1890, pour réaliser des paysages, des esquisses, quelques portraits, dont celui de Gauguin, et son autoportrait, de face. Ce sont les derniers mois de sa vie, juste avant la remontée fatale vers Auvers-sur-Oise.
Polémique ou pas, “Vincent Van Gogh, le brouillard d’Arles, carnet retrouvé” devrait remporter un franc succès partout où il a été publié : France, Etats-Unis, Japon.
LC

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d bloggers like this: