Skip to content

To the discovery of secret Paris, part 2.

© LC
© LC
© LC
© LC
© LC
© LC
© LC
© LC
© LC
© LC
© LC
© LC
© LC
© LC
© LC
© LC
© LC
© LC
© LC
© LC
© LC
© LC
© LC
© LC
© LC
© LC
© LC
© LC
© LC
© LC
© LC
© LC
© LC
© LC
© LC
© LC
© LC
© LC
© LC
© LC
© LC
© LC
© LC
© LC
© LC
© LC

Comme promis la semaine dernière, vous êtes conviés à découvrir ou redécouvrir un havre de beauté et ses secrets bien gardés par la capitale du style. Embarquement immédiat pour l’île Saint Louis, la plus petite des deux îles naturelles de la Seine subsistant à Paris, à quelques encablures de sa grande sœur, l’île de la Cité.
Par-delà la quiétude de leurs façades écru longeant les quais d’Orléans et d’Anjou, les hôtels particuliers et les lieux culturels (théâtre Paul Rey, société historique et littéraire polonaise, musée Adam Mickiewicz), le contraste offert par les rues centrales est saisissant. Rue Saint-Louis-en-l’Isle et rue des Deux-Ponts, ne désemplissent jamais, qu’il pleuve ou qu’il vente. Et l’on ne parle pas que du succès des glaces Bertillon, non, ici les galeries d’art rivalisent avec les petites enseignes vestimentaires intimistes. Sans oublier l’autre Flore, le Flore en l’isle. Ni le très cosy St Régis aux accents british.
Cinq ponts permettent de relier l’île aux deux rives du reste de la capitale. Et l’on fait parfois des kilomètres pour découvrir les secrets de ce site dont les bâtisseurs (Christophe Marie, Le Regrattier, Poulletier) commencent à écrire l’histoire et dessiner les contours en 1614. En 1710, un coup de sabre administré par un Sans-Culotte décapite la statue surplombant l’angle entre la rue Le Regrattier et le quai de Bourbon. La statue est depuis lors communément appelée “statue de la femme sans tête” alors qu’il n’en est rien en réalité. Un autre y a laissé sa tête : un saint Nicolas, en pleine chasse aux effigies religieuses et royales d’alors.
Parmi les autres curiosités, l’église unique, surgie entre deux bâtisses, est l’œuvre de l’architecte François Le Vau. L’île, quant à elle, porte le nom du 9ème monarque issu de la dynastie des Capétiens directs, et 44e roi de France. Louis IX, réformateur, pieux et réputé très juste, sera nommé Saint Louis lors de sa canonisation en 1297, vingt-sept ans après sa mort.
Pour la petite histoire, son règne fut notamment celui du bannissement de la prostitution, du blasphème, des jeux d’argent et des prêts à intérêts.

Retrouvez-nous la semaine prochaine pour un ailleurs, à la personnalité bien affirmée.

LC

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d bloggers like this: