Skip to content

Le marché de l’art en ligne pèse de plus en plus lourd

C’est un fait, en temps de crise, l’art devient une valeur refuge. Les oeuvres d’art ont beau être essentiellement prisées par le collectionneur, elles attirent aussi l’investisseur en quête de diversification.
Si rien ne saurait remplacer la rencontre avec le galeriste, avec l’oeuvre et son auteur, le dialogue, l’examen minutieux d’une création de prix, il semble que ces dernières années, l’acquisition d’oeuvres d’art sur la seule foi d’une image numérique soit rentrée dans les moeurs. Toutefois, des réticences à l’achat en ligne subsistent, comme en atteste le dernier rapport Hiscox dédié au marché de l’art en ligne en 2015. Selon l’enquête réalisée par cet assureur de référence en matière de patrimoine culturel, avec le cabinet spécialisé dans l’analyse du marché de l’art, ArtTactic, l’un des prochains défis pour ce secteur est de lever les barrières à l’achat en ligne. Selon le rapport, “bien que les sondés achètent déjà de l’art en ligne et soient largement satisfaits, certains produits et services font toujours défaut surtout pour les objets de grande valeur.” Ainsi, les freins à l’achat en ligne concernent l’impossibilité d’opérer une vérification matérielle, et par conséquent, la perspective de constater une différence entre l’image de l’oeuvre et son apparence réelle, à réception de celle-ci.
Les autres freins étant liés pour les réfractaires à l’achat en ligne, à l’authenticité et à la réputation du site marchand d’art : 57% des acheteurs en ligne soutiennent que “le principal frein est lié à la confiance”. L’importance accordée à la réputation du vendeur est significative.

2,64 milliards de dollars en 2014,
5,9 milliards potentiels en 2019

En définitive, elle constitue à la fois un défi pour les nouveaux acteurs du marché (Artsper lancé en France en 2013, Lofty à New York en 2012, Artplode à Londres en 2014 ou encore Bidsquare à Chicago la même année), et une carte à jouer, pour les opérateurs dont le professionnalisme est de notoriété (Christie’s, Sotheby’s). Un atout de poids, que cette confiance établie, ou à conquérir, donc. De quoi rapporter des points, comme à la belote.
Précisément, des transactions qui pèsent lourd : selon le rapport, “la valeur du marché de l’art en ligne est passée de 1,57 milliards de $ (1,47 milliard d’€) en 2013 à un montant estimé de 2,64 milliards de $ (2,46 milliards d’€) en 2014. L’achat d’objets d’art sur internet représente désormais 4,8% (contre 2,4% en 2013) de la valeur estimée du marché mondial de l’art (55,2 milliards de $ / 51,5 milliards d’€). Si ce rythme de croissance se maintient, le volume du marché de l’art en ligne devrait atteindre 6,3 milliards de $ (5,9 milliards d’€) en 2019.”

Si les amateurs d’art, collectionneurs et investisseurs, confirment leur appétence pour les opérations réalisables en quelques clics, il est logique que les plateformes de vente et les agrégateurs d’enchère en ligne prospèrent autant, ces cinq dernières années, au niveau mondial.

Artsper très attractif
Ainsi, à présent -et c’est juste retour des choses- leur terrain de jeu qu’est la toile s’est non seulement fait l’écho, mais a aussi salué le tout récent succès phénoménal de la société Artsper. Le site de vente d’oeuvres d’art en ligne Artsper, conçu en 2013 par Hugo Mulliez et François-Xavier Trancart vient de lever 1,2 million d’euros. Un an et demi après la première levée de fonds de 300 000 euros, ce nouveau tour de table s’est adressé aux “business angels” historiques comme aux nouveaux investisseurs disposant tous d’une d’expertise reconnue dans les domaines de l’e-commerce, de la communication et de l’art, dont le fonds Entrepreneur Factory. “L’objectif de cette levée est de renforcer notre position sur les marchés francophones, de développer l’international, d’accélérer les développements du site et de continuer de développer des services pour les galeries”, a confié François-Xavier Trancart, l’un des deux heureux co-fondateurs d’Artsper.
Reste aux acteurs, à relever un autre défi permanent, celui de fidéliser leur clientèle, sachant que 79% des acheteurs en ligne n’hésitent pas à faire leur marché auprès de diverses galeries en ligne. Des plateformes aux catalogues et aux résultats annuels tout sauf virtuels…
LC

6308_1_grid23717_1_grid23734_1_grid

23894_1_gridimages-1images

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d bloggers like this: